Elsa Schiaparelli Shocking expo à Paris

















Elsa Schiaparelli Shocking expo à Paris. Article d'Eleonora de Gray, rédactrice en chef de RUNWAY MAGAZINE. Photos Courtesy: Les Arts Décoratifs / Christophe Dellière / GettyImages / Rabbani and Solimene Photography / Schiaparelli / Valérie Belin / Philadelphia Museum of Art / Paris Musées, Palais Galliera / Grand Palais / image ville de Paris / Runway .

« Pouvoir travailler avec des artistes comme Bébé Bérard, Jean Cocteau, Salvador Dalí, Vertès et Van Dongen, avec des photographes comme Honingen-Huene, Horst, Cecil Beaton et Man Ray était passionnant. On s'est sentie aidée, encouragée, bien au-delà de la réalité matérielle et terne de la confection d'une robe à vendre ». La vie bouleversante, Elsa Schiaparelli – 1954
Exposition Elsa Schiaparelli à Paris - Choquant - par Runway Magazine

Introduction

Du 6 juillet 2022 au 22 janvier 2023, le Musée des Arts Décoratifs de Paris célèbre les créations audacieuses et passionnantes de la créatrice italienne française de haute couture Elsa Schiaparelli, qui a puisé une grande partie de son inspiration dans ses liens étroits avec l'avant-garde parisienne. des années 1920 et 1930.

Il s'agit d'une revisite spéciale du travail de cette créatrice extraordinaire, de son sens novateur du style féminin, de ses créations sophistiquées, souvent excentriques, et du frisson qu'elle a apporté au monde de la mode. Cette exposition est devenue possible grâce à la mécène Marina Kellen-French, qui a consacré sa vie à soutenir les arts et la mode. L'influente donatrice américaine cultive un lien privilégié avec la France, où elle contribue au financement de plusieurs établissements et événements culturels.

Patron Marina Kellen-French de l'exposition Schiaparelli à Paris - Photo par Rabbani et Solimene Photography Getty Images
Mécène Marina Kellen-French de l'exposition Schiaparelli à Paris - Photo de Rabbani et Solimene Photography Getty Images

Choquant! Le monde surréaliste d'Elsa Schiaparelli rassemble 520 œuvres dont 272 silhouettes et accessoires de Schiaparelli elle-même, exposées aux côtés de peintures, sculptures, bijoux, parfums, céramiques, affiches et photographies emblématiques d'amis chers et contemporains de Schiaparelli : Man Ray, Salvador Dalí, Jean Cocteau, Meret Oppenheim et Elsa Triolet.

La rétrospective présente également des créations conçues en l'honneur de Schiaparelli par des icônes de la mode comme Yves Saint Laurent, Azzedine Alaïa, John Galliano et Christian Lacroix.

Daniel Roseberry, directeur artistique de la Maison Schiaparelli depuis 2019, présente également ses créations, interprétations d'Elsa Schiaparelli, comme un début de nouvelle vie de cette maison de couture. Même si il y a 9 mois Daniel Roseberry ne savait pas épeler le nom de Schiaparelli, après 2 ans de travail chez lui, même si ses créations ressemblent si souvent à des créations de Jean Paul Gaultier, John Galliano et Thierry Mugler, il a 2 galeries présenter ses « interprétations ».

La scénographie poétique et immersive de Shocking! L'univers surréaliste d'Elsa Schiaparelli a été confié à Nathalie Crinière. L'exposition présentée dans les galeries de mode Christine & Stephen A. Schwarzman du Musée des Arts Décoratifs.

Exposition Elsa Schiaparelli à Paris - Choquant - par Runway Magazine

Qui était Elsa Schiaparelli

L'aristocrate poétique et raffinée Elsa Schiaparelli a fondé la maison de couture Schiaparelli des années 1930 aux années 1950 sur la place Vendôme à Paris. Volontairement provocatrice et considérée comme avant-gardiste, elle était célèbre pour son utilisation du surréalisme dans son travail, des couleurs criardes comme son "Shocking Rose" ("Shocking pink" est un nom de couleur lancé pour une nuance de fuchsia par Elsa Schiaparelli en 1937.)

Elsa Schiaparelli est née à Rome, au Palazzo Corsini, dans une famille d'universitaires. Son père Celestino Schiaparelli était orientaliste, son oncle Giovanni Schiaparelli était astronome et l'un des promoteurs de la théorie du canal martien, il fut le premier à cartographier cette planète. Sa mère était une descendante des Médicis.

Exposition Elsa Schiaparelli à Paris - Choquant - par Runway Magazine

Exposition Elsa Schiaparelli à Paris - Choquant - par Runway Magazine

Sa famille, ses connaissances massives et son héritage spirituel sont devenus la source des créations d'Elsa Schiaparelli. Elle a étudié la philosophie, a épousé le théosophe Wilhelm de Wendt de Kerlor. C'est en 1927 qu'elle commence à penser à la mode après avoir visité Paul Poiret. Elle a commencé par créer des pulls à gros nœuds en trompe-l'œil qui ont eu un succès absolu.

La carrière de designer de Schiaparelli a été très tôt influencée par le couturier Paul Poiret, qui était réputé pour abandonner les robes corsetées trop longues et promouvoir des styles qui permettaient la liberté de mouvement de la femme moderne, élégante et sophistiquée. Plus tard dans sa vie, Schiaparelli a qualifié Poiret de "mentor généreux, cher ami".

Elsa Schiaparelli n'avait aucune formation dans les compétences techniques du modélisme et de la construction de vêtements. Sa méthode d'approche reposait à la fois sur l'impulsion du moment et sur l'inspiration fortuite au fur et à mesure que l'œuvre progressait. Elle drapait le tissu directement sur le corps, s'utilisant parfois comme modèle.

Elsa Schiaparelli introduit une dimension artistique dans l'esthétique vestimentaire de l'époque, assumant l'excentricité, qui met au second plan la dimension fonctionnelle du vêtement.

Exposition Elsa Schiaparelli à Paris - Choquant - par Runway Magazine

À partir de 1936, Elsa Schiaparelli a commencé son amitié avec Salvador Dalí, qui est devenue un échange créatif essentiel et très puissant.

Elsa Schiaparelli et Salvador Dalí - exposition à Paris - Choquant - par Runway Magazine
Elsa Schiaparelli et Salvador Dalí – exposition à Paris – Shocking – par Runway Magazine
Exposition Elsa Schiaparelli à Paris - Choquant - par Runway Magazine

Salvador Dalí pour Elsa Schiaparelli - exposition à Paris - Shocking - par Runway Magazine

Les fantasmes les plus avant-gardistes d'Elsa Schiaparelli ont été réalisés par la Maison Lesage, une maison de couture française. Dans les styles Art nouveau et Art déco, Albert et Marie-Louise Lesage élargissent leur catalogue avec des motifs avant-gardistes recherchés par une clientèle pour qui la mode se nourrit d'art.

Elsa Schiaparelli devient une cliente fidèle et commande dès 1936 des broderies inspirées du cirque, des signes astrologiques et du monde marin. Un boléro ("Chevaux Savants" aux chevaux cabrés brodés, collection été 1938), une cape brodée de rayons de soleil, et sequins dorés de l'hiver suivant soulignent la collaboration entre le créateur et l'artisan. Elsa Schiaparelli a donné à Lesage tout son travail de broderie jusqu'à ce qu'elle ferme son entreprise en 1954.

Albert Lesage a trouvé des matériaux d'exception : verre de Murano pour les petites fleurs et imitation de pierres semi-précieuses, comme le lapis-lazuli, le jade, les roches turquoises aux motifs palmés noirs, les pierres artificielles, galets et cabochons. Il a broyé des paillettes de gélatine pour leur donner l'apparence de pièces de monnaie martelées, a combiné de la chenille et du vison, et a utilisé des lames de métal et des écailles de poisson.

Exposition Elsa Schiaparelli à Paris - Choquant - par Runway Magazine

Exposition Elsa Schiaparelli à Paris - Choquant - par Runway Magazine

Elsa Schiaparelli, Photo de Horst P Horst, Vogue, 1er septembre 1937 - exposition Shocking à Paris
Elsa Schiaparelli, Photo de Horst P Horst, Vogue, 1er septembre 1937 – exposition Shocking à Paris
Exposition Elsa Schiaparelli à Paris - Choquant - par Runway Magazine

Exposition Elsa Schiaparelli à Paris - Choquant - par Runway Magazine

Exposition Elsa Schiaparelli à Paris - Choquant - par Runway Magazine

En 1940, lorsque la guerre éclate, Elsa Schiaparelli s'exile aux États-Unis. La maison Schiaparelli a survécu pendant les années de conflit. Elsa Schiaparelli revient en France après la libération et reprend son travail. Elle engage un jeune créateur, Hubert de Givenchy, futur grand couturier. Mais les nouveaux looks révolutionnaires de Christian Dior, la nouvelle mode de la mode, ont laissé la maison Schiaparelli presque rejetée par le public.

La maison Schiaparelli a lutté dans l'austérité de l'après-guerre. Schiaparelli a mis fin à son activité de couture en 1951 et a finalement fermé la maison de couture très endettée en décembre 1954.

Exposition Elsa Schiaparelli à Paris - Choquant - par Runway Magazine

Exposition Elsa Schiaparelli à Paris - Choquant - par Runway Magazine

Exposition Elsa Schiaparelli à Paris - Choquant - par Runway Magazine

Exposition Elsa Schiaparelli à Paris - Choquant - par Runway Magazine

Elsa Schiaparelli – designer qui a inspiré deux siècles

Elsa Schiaparelli est devenue une source d'inspiration pour de nombreux créateurs des XXe et XXIe siècles. Jean Paul Gaultier, Thom Browne, Jeremy Schott inspirés par son travail de création avant-gardiste.

La robe Lobster est devenue une source d'inspiration pour Thom Browne. 1937 La robe de homard était une simple robe de soirée en soie blanche avec une ceinture cramoisie ornée d'un gros homard peint (par Dalí) sur la jupe. À partir de 1934, Dalí avait commencé à incorporer des homards dans son travail, notamment New York Dream-Man Finds Lobster in Place of Phone présenté dans le magazine American Weekly en 1935, et le mélange-media Téléphone Homard (1936). Sa conception pour Schiaparelli a été interprétée dans une impression de tissu par le principal créateur de soie Sache.

Elsa Schiaparelli - inspiration - Thom Browne Pré-automne 2022
Elsa Schiaparelli – inspiration – Thom Browne Pré-automne 2022

Un autre "Papillon" d'Elsa Schiaparelli est devenu une source d'inspiration pour Jean Paul Gaultier.

Elsa Schiaparelli - inspiration - Jean Paul Gaultier
Elsa Schiaparelli – inspiration – Jean Paul Gaultier
Elsa Schiaparelli - inspiration - Jeremy Scott pour Moschino Automne 2022-2023
Elsa Schiaparelli – inspiration – Jeremy Scott pour Moschino Automne 2022-2023

Maison de Couture Schiaparelli XXIe siècle

En 2006, l'homme d'affaires italien Diego Della Valle, le fondateur de Tod's, rachète l'entreprise et rouvre la maison Schiaparelli sur la place Vendôme.

Marco Zanini a été nommé directeur créatif en septembre 2013 et a présenté la première collection au public. La maison a été réintégrée dans la liste des membres de la Chambre Syndicale de la Haute Couture et a présenté son premier défilé en janvier 2014.

En 2015 Bertrand Guyon a pris la place de directeur artistique de la maison, et il a recréé les looks d'archives jusqu'en 2019.

En 2019, la place du directeur créatif de Schiaparelli a été prise par le Texan Daniel Roseberry.

Daniel Roseberry créateur Schiaparelli
Daniel Roseberry créateur Schiaparelli

La première exposition "Shocking!" a été présentée au Philadelphia Museum of Art, et cette année le Musée des Arts Décoratifs lui a donné une nouvelle « dimension culturelle » en ajoutant 2 galeries dédiées à l'œuvre de Daniel Roseberry.

Le choix de ce designer a dès le départ suscité un certain avis et un doute de la part des experts et du public. De 2019 à 2022 les activités de Daniel Roseberry sous le nom de Schiaparelli sont en effet « choquantes !

Après avoir passé 2 ans à la maison Schiaparelli, Daniel Roseberry n'a pas appris à épeler le nom. En octobre 2021, il a peint une nappe avec le nom Schiaparelli avec un "L" pour le dîner privé organisé par Bergdorf Goodman dédié à l'ouverture du nouveau département Schiaparelli.

Daniel Roseberry a peint sur une nappe le nom de Schiaparelli avec un L - Ouverture du magasin de New York Bergdorf Goodman, octobre 2021
Daniel Roseberry a peint sur une nappe le nom Schiaparelli avec un L – Ouverture du magasin new-yorkais Bergdorf Goodman, octobre 2021

Daniel Roseberry confond 2 choses différentes "inspiration" et "plagiat" ou "copie". Pour lui, tout est une « interprétation ». Bien que dans le design de mode, ce soient 2 choses complètement différentes. Et l'inspiration considérée comme un honneur ou un geste d'un créateur ou d'un artiste à l'autre, bien que le plagiat ne soit pas seulement injuste, il n'est pas apprécié par les clients, et tout simplement illégal.

La copie est une version similaire ou identique de la chose, la reproduction. Le plagiat est la pratique consistant à prendre le travail ou les idées de quelqu'un d'autre et à les faire passer pour les siens.

Daniel Roseberry pour Schiaparelli vs Jean Paul Gaultier bustier années 1990
Daniel Roseberry pour Schiaparelli vs Jean Paul Gaultier bustier années 1990

Comment les organisateurs de cette exposition ont pu passer à côté de ça et ont donné 2 galeries à l'exposition Elsa Schiaparelli à la créatrice qui n'est douée que pour reproduire le travail des autres ?

Jean Paul Gaultier pour Madonna 1990 vs Daniel Roseberry pour Schiaparelli RTW Spring Summer 2022
Jean Paul Gaultier pour Madonna 1990 vs Daniel Roseberry pour Schiaparelli RTW Spring Summer 2022
Daniel Roseberry Schiaparelli pour Beyonce contre John Galliano pour Dior printemps été 2004
Daniel Roseberry Schiaparelli pour Beyonce contre John Galliano pour Dior printemps été 2004
JP Gaultier pour Stephanie Faracy – Hocus Pocus 1993 vs Daniel Roseberry pour Schiaparelli HC Spring Summer 2022
JP Gaultier pour Stephanie Faracy – Hocus Pocus 1993 vs Daniel Roseberry pour Schiaparelli HC Spring Summer 2022

Est-ce ainsi que la Maison Schiaparelli s'est présentée aujourd'hui ? Et c'est ainsi que se termine cette exposition, avec deux galeries de ce genre « d'interprétations » ? CHOQUANT! Les pages de l'interview de ce designer sont aussi SHOKING !

Daniel Roseberry dans son interview a ajouté "Au début de mon séjour ici à Schiaparelli, je ne me concentrais vraiment pas sur son travail…" Il ne le fait toujours pas et ne le sera jamais, car il veut montrer sa "personnalité", selon l'interview. Il vient de faire son CV.

Mais apparemment cela ne dérange pas les organisateurs de cette exposition. Et il est sans doute inutile d'ajouter les véritables égéries de Daniel Roseberry à celles exposées au musée…

Cardi B égérie de Daniel Roseberry créateur pour Schiaparelli
Cardi B égérie de Daniel Roseberry créateur pour Schiaparelli

Et avec Daniel Roseberry tout se passe désormais non pas à la Maison de Haute Couture Schiaparelli mais à « l'Hôtel Scheap », en se prononçant comme « Cheap » ou « Skip » (comme si comme ça c'était mieux).

Daniel Roseberry Schiaparelli - Hôtel Schiap
Daniel Roseberry Schiaparelli – Hôtel Schiap

Ainsi se poursuit la Shocking life d'Elsa Schiaparelli, et c'est ainsi que se termine cette exposition…

Eleonora de Gray, rédactrice en chef de RUNWAY MAGAZINE



Publié du Musée des Arts Décoratifs, Paris, France.